La Géologie de Nordheim

La diversité géomorphologique est principalement le résultat des formations géologiques et des mouvements orogéniques.

Nordheim est situé à la frontière du champ de fractures de Saverne (qui s’étend de Wissembourg à Barr) et de la plaine rhénane. C’est ici que passe la grande faille rhénane occidentale sur une ligne Ittlenheim – Nordheim – Kirchheim, à l’abri de laquelle s’est construit le village.

Cette faille limite (dans notre commune) des zones couvertes d’alluvions quaternaires à l’est et des terrains où affleurent des roches du secondaire dans la partie occidentale. Ces roches de nature et d’âges variés entraînent une diversité des sols favorables à nos cépages.

Entre Wasselonne et Marlenheim, la Mossig a entaillé le horst du Kronthal. Plusieurs carrières sont visibles de la RN 4. On y exploite d’ailleurs à nouveau le grès vosgien. A 3 km, au sud-est dans le défilé du Kronthal affleure le buntsandstein moyen, réputé depuis qu’il a été employé pour la construction de la cathédrale : c’est la formation du secondaire la plus ancienne dans notre région.

A partir de cet ensemble, nous trouvons toutes les couches du trias en nous déplaçant vers le Stephansberg : le poudingue, conglomérat principal, à galets de quartz et de quartzite, le buntsandstein supérieur dans le Wackenthal et les muschelkalk inférieur, moyen et supérieur, en escaladant le Marlenberg, dans le horst du Kronthal. Le muschelkalk supérieur (muschelkalk désigne étymologiquement des calcaires coquilliers) est constitué de dépôts marins. Ces formations font la joie des chercheurs de fossiles car on ne rentre jamais bredouille : calcaires à entroques, calcaires à térébratules abondent. Déjà en 1898, le géologue allemand Koken déclara avoir recueilli une riche faune de petits gastéropodes. Ce muschelkalk enserre des limons calcaires ou argileux sur le versant nord du Stephansberg.

Le versant sud-est de Marlenheim à Nordheim modelé dans les formations calcaires est recouvert de matériaux du trias. La  » plaine  » fait partie du complexe loessique du Bas-Kochersberg. Cet avantage géologique a été exploité durant de longues années dans des carrières. Outre celle du Kronthal nommée ci-dessus, nous trouvions une carrière d’argile au lieu-dit  » An dem Paulus Ram « , une carrière de calcaire à cératites dans la rue des Pierres, une carrière pour la fabrication de la chaux sur la colline.

Merci à l’association du Centre Socio-Culturel pour tous les textes et les images concernant le village et sa géologie.